L'HISTOIRE DES BUVARDS

MMC Restons Curieux.png

Etes-vous papibeverophile ?

 

Le papier buvard date probablement de 1880 mais l'usage pourrait être plus ancien. En effet, ce type de papier serait attesté en Angleterre au XVe siècle. Selon certaines légendes, il aurait été inventé à la suite d'une erreur de dosage (oubli de la colle) dans la fabrication d'un papier.

Il succède au XIXe siècle au sable, sorte de poudre à base de pierre ponce que l'on versait auparavant sur la feuille d'écriture pour la sécher.

 

Le papier buvard (ou simplement buvard du verbe boire) est un papier poreux capable d'absorber par capillarité une petite quantité d'encre.

Il servait à sécher l'écriture à l'encre avec une plume, mais pas seulement,  son usage est plus large, par exemple :

 

Dans les beaux-arts où le papier buvard s'utilise en dessin surtout pour éviter des bavures d'encre dans le travail à la plume. Pour absorber un excès d'encre (un « pâté ») la pointe d'un pinceau sec permet un travail plus précis.

Il sert aussi en encadrement où son moelleux permet un appui doux du papier.

 

En médecine où de petits morceaux de papier buvard en forme de disque sont utilisés pour recueillir des prélèvements sanguins en vue d'analyses ultérieures, ou pour mesurer le temps de saignement.

 

Dans l’édition où les feuilles de papier buvard absorbant l’humidité sont utilisées dans le séchage et la restauration de documents. L’exemple le plus typique est la mise sous presse de plantes ou parties de plantes pour constituer un herbier.

 

Dans l’apiculture où le papier buvard absorbant les parfums, huiles et arômes divers, sert de diffuseur dans l'atmosphère. Un usage plus connu est le papier d’Arménie constitué d’un buvard imprégné de benjoin dissous dans de l'alcool : il se consume lentement en dégageant un arôme caractéristique.

 

La publicité est devenue un art au XIXe siècle avec la naissance de l'affiche.

Au delà du support de l'affiche, de nombreux affichistes ou illustrateurs connus ou anonymes vont s'exprimer sur un support original, le papier buvard, diffusé en grande quantité par son faible cout d'impression et son petit format.

1er média publicitaire largement diffusé en 1950/60 dans les écoles et dans les commerces, les buvards publicitaires sans oublier les protèges cahiers de nos écoliers du XXe, également publicitaires, vont faire la promotion des nouveaux produits…

 

Jusqu’où se niche le marketing dès la seconde moitié du XXe !!

On en imprima en très grand nombre après la seconde guerre mondiale, et sa production diminua à la fin des années 60, période où le stylo à bille se développait... En effet, c'est en 1965 que le Ministère de l'Éducation Nationale autorisera l'utilisation du stylo à bille dans les écoles ; dès lors la plume sera rapidement délaissée, rendant les buvards moins utiles...

 

Derrière les affichistes se cache toujours un artiste peintre. Ce mélange de créativité et de marketing pour promouvoir des produits offre au grand public un art populaire et des illustrations, des couleurs, des logos associables depuis des décennies à des grandes marques.

Les magasins Bon Marché ont édité dès 1897 des agendas-buvards avec des feuilles blanches pour noter les dépenses ou les courses et des feuilles roses illustrées de dessins humoristiques...

Les marques Danone, Lustucru, Coca cola, La vache qui rit, Bic, Cointreau, Olida, Café Familistère ou Martin, Seb et bien d'autres vont faire appel à de nombreux affichistes, dessinateurs ou illustrateurs connus ou anonymes pour illustrer les buvards. Par exemple : Bic par Raymond Savignac, Gaz et électricité par Hervé Morvan, Pierre Fix-Masseau La vache qui rit par Beuville, les parapluies Revel par Capiello, Moutarde Parizot par Poulbot, Pétrole Hahn par Cassandre, nommons aussi, entre autres,  Rabier, Pesch, Mich, Faizant, Effel, Barberousse, Toulouse-Lautrec, Auriac, Dubout, Bridge.

 

Afin de fidéliser les clients à leur marque, les distributeurs mirent en place des buvards puzzle (il en fallait plusieurs pour découvrir l'image globale) ou des séries numérotées : fables de La Fontaine, personnages célèbres, grands faits historiques,...

 

On pouvait trouver également des supports découpés avec des formes originales rappelant le produit dont ils vantaient le mérite, tel un buvard en forme d'assiette...

De nombreuses firmes ont confié aux commerçants le soin de diffuser leurs buvards publicitaires. C’est ainsi qu'ils furent dispersés à large échelle lors d’achats ou de visites dans les boutiques...

Certains fabricants de produits alimentaires fidélisaient leur clientèle par le biais de coupons à découper qui faisaient office de preuves d’achats. On pouvait alors recevoir une série de buvards en échange de ces bons...

Par exemple les buvards publicitaires sur le thème de la biscotte étaient édités en très grande quantité car ils étaient insérés dans des emballages transparents et tenaient lieu d’étiquettes...

Les buvards édités par les laboratoires pharmaceutiques étaient envoyés aux médecins par la poste sous la forme de cartes postales ou de carnets...

Les représentants utilisaient même les buvards comme « avis de passage » pour acter leur visite auprès du client. Par ailleurs, certains producteurs de vins utilisaient le buvard pour communiquer le catalogue de leurs crus...

Enfin, les buvards étaient souvent insérés dans les agendas ou les almanachs. Ils étaient alors détachables comme celui inclus dans un agenda Codec...

 

Le buvard est aujourd'hui devenu obsolète et désuet. Mais après tant d'années d'une utilisation intensive, ce support publicitaire n'en demeure pas moins un témoin incontestable des coutumes du passé...

Le papibeverophile collectionne les buvards soit d'une manière globale, soit par thématique : fables, autos, alcools, alimentation, habillement, produits pharmaceutiques, marques célèbres, illustrateurs, etc. Parmi les collectionneurs français, une vingtaine d’entre eux possède plus de 10 000 buvards différents.

 

En faisant la promotion de produits et de services divers, en vantant les mérites d'une technologie qualifiée d’innovante à l'époque, les buvards nous racontent l'histoire des hommes qui vivaient dans la première partie du XXe siècle...

 

 

Miss Marple & Consorts

Café_Legal.jpg